sensibilité et perméabilité

Publié le par le soldat en chocolat




C'est lors d'une fomation que je suis qui me poursuit en ce moment que j'ai croisé cette nuance.


Comme d'habitude, mise à l'honneur de l'intégration par l'expérimentation, avec ensuite mise en commun et élaboration.


Lors de la mise en commun, une des participante expose qu'elle aurait aimé que la personne qu'elle écoutait dépasse une difficulté aparue durant l'échange.
Elle en culpabilisait d'ailleurs: de quel droit pouvait-elle vouloir quelque chose pour l'Autre, à sa place?
Peut-être par narcissisme?
En creusant un peu, elle finit par dire:
"ça m'aurait fait du bien"

Pendant ce retour sur l'exercice, toute mon attention était tournée vers la discussion.
Je savais qu l'on approchait de quelque chose de précieux pour moi...

"ça t'aurais fait du bien comment?"
"ça m'aurait soulagée... Je suis très sensible aux états émotionnels des Autres..."
"Très sensible.... ou très perméable? [elle laisse passer un temps] Est-ce que tu crois que si [l'Autre] avait dépassée cette difficulté, tu aurais pu la laisser? t'en décharger?"
".... et ça m'aurait fait du bien..."



Depuis samedi, je me retrouve donc à retourner sous toutes leurs coutures ces termes "sensibilité" et "perméabilité".

Là où j'en arrive, il me semble que la perméabilité nécessite un certain degré de sensibilité, alors que la sensibilité n'a pas besoin de perméabilité pour exister chez quelqu'un.

Je me rends compte aussi que j'ai beaucoup avancer ces trois dernières années pour apprivoiser ma sensibilité et commencer à l'apprécier.
Pour ma perméabilité aussi j'ai avancé, mais pas autant, je crois. Peut-être parce que je ne la distingais pas de sa "soeur". Peut-être parceque je n'évalue pas bien le chemin parcouru....
Tout de même, en apprenant à me fier à mes sensations, à mes émotions et autres messages intérieurs, je vois bien que cette composante perd du terrain chez moi.


Tout de même, reste une question qui tourne sans fin dans mon esprit: qu'est-ce que cette perméabilité? De quoi, chez moi, est-elle faite? Est-elle vouée à disparaître à un moment ou à un autre? Suis-je vouée à l'apprivoisée?

Parce qu'il faut bien le dire: pour le moment, cette perméabilité, je la subis!
Et je trouve très désagréable l'idée qu'elle "me manipule" (dans e sens où parfois j'agis sous l'influence d'éléments qui m'ont imprègnée sans que je m'en rende compte).



Bref...
Je me retrouve à mouliner là-dessus un peu en roue libre...



A voir pour ce que ça donnera...


... ou pas!




Publié dans en chemin

Commenter cet article

Lise 04/05/2008 04:23

Pour ma part, je la subis moins quand je m'occupe assez de moi, que je suis pleinement dans ma vie...Des bises

le soldat en chocolat 04/05/2008 13:23


merci pour la piste...

Je me rends également compte qu'il y a des contextes qui la rendent bien plus pénibles que d'autres...