retirer le couvercle

Publié le par le soldat en chocolat



Découvrir, donc...

Je continue sur
cette piste....

L'autre soir, j'étais à une réunion ayant pour thème "après une fausse couche".
J'y allais avec des questions pour ma fille, et j'espérais y trouver des pistes, des ouvertures pour elle, pour nous.

Ce n'est pas tellement ce côté-là de la soirée que je retiendrais là, ce soir en écrivant.
Non, c'est l'état dans lequel j'étais pendant et après la réunion.
Secouée.
Et perplexe.


En effet sitôt la réunion débutée, je me suis rendue compte que j'étais oppressée... à un point difficilement imaginable! Et lors du tour de présentations, j'ai difficilement pu aligner plus deux mots sans éclater en sanglots (à tel point que lors du tours de cloture, j'ai passé mon tour).

Et je me retrouve coincée devant deux possibilité:
Ai-je finalement occulté les difficultés que j'ai pu vivre avec cette fausse-couche?
Ou alors, ai-je été particulièrement perméable à cette ambience (un brin plombée, je dois bien l'avouer...)?

Oui mais, mes émotions sont et restent miennes, quand bien même je réagis à une ambience par capilarité, alors pourquoi une telle réaction dans cette situation?


Parce que ma mère aurait peut-être bien préféré faire une fausse-couche plutôt que de m'accueillir, un an à peine après ma soeur?
Parce que je crois que mon accueil, entier et sans arrières pensées a été possible grâce à deux bébés qui n'ont pas vécu plus de quelques semaines au creux de notre mère?
Parce que la tristesse est une émotion qui n'est pas forcément très acceptée dans ma famille d'origine?

Parce que ce bébé, porté si peu de temps, avait finalement plus d'importance que je ne le crois?



Et cette douleur à mon épaule qui me laissait en paix depuis le mois de janvier qui s'est réveillée pendant cette soirée...



Qu'ai-je à découvrir?
Que vais-je découvrir?





Commenter cet article

sandra 22/05/2008 16:17

comme l'a dit sarah, nos émotions snt comme un iceberg, nous ne sommes conscients que de la partie émmergée. peut etre reste -t-il encore pour toi une partie immergée très profondémment... Si ta douleur à l'épaule s'est réveillée, ça n'est pas un hasard. je t'embrasse.

le soldat en chocolat 23/05/2008 12:45


J'ai décidé de tenir compte de ce signe en tous cas...


Lise 22/05/2008 10:46

Où en es-tu, là ?je t'embrasse

le soldat en chocolat 22/05/2008 15:21


Je ne sais pas trop...
J'ai pris rendez-vous pour mon épaule, à suivre après mardi soir, donc....

En attendant... et bien j'attends...

Je prends!
Merci!


sarah 20/05/2008 16:48

Il est parfois des émotions qui ressortent de façon inopinées,  je crois pour ma part que c'est plutôt positif. Nos émotions sont comme un iceberg, nous n'en avons conscience que d'un petite partie...Je voulais aussi  te remercier pour te recette! je l'essaie très vite!!Merci à toi, plein de bises et à très bientôt. Amitiés

le soldat en chocolat 22/05/2008 15:18


Je n'imaginais pas que j'allais réagir autrement que par un grand calme,

;-)
Tu m'en dira des nouvelles!


Algrid 20/05/2008 08:51

Je t'embrasse.

le soldat en chocolat 22/05/2008 15:15


merci, Algrid...
De toi, ça me touche particulièrement!