crise du soir, bonsoir....

Publié le par le soldat en chocolat




Ce soir crise.

Avec Saver'... bien sûr, avec qui d'autre?


Ca couvait depuis mardi et ça a éclaté ce soir. Comme les orages: ça couve, ça couve, ça en devient oppressant et puis enfin, ça craque, ça claque et ça rafraichi.



Bref, j'avais décidé de rester maître de mes gestes, de mes propos et de moi, globalement.

Refus en bloc du rituel du soir (pipi - brossage des dents - tenu de nuit - et hop - au lit).
Tentative de détourner le sujet en réclamant son père.


Je suis restée contenue, silencieuse, attendant qu'il propose quelque chose de correct.



Je lui ai annoncé mon degré de frustration élevé.
Il a alors exigé que je lui laisse la parole et m'a demandé d'aller hurler ma frustration sur le "coussin-colère" (celui que l'on peut frapper, mordre, insulter, malmener et que c'est même autorisé!) pendant qu'il réalisait le premier temps du rituel.

Amusée (un peu, faut bien tout de même), je lui ai annoncé sans me démonter que je restais avec lui mais que je m'imaginais en train de hurler sur le "coussin-colère".

Le plus étonnant, c'est que ça lui a convenu.



Mais est arrivé le brossage des dents.
Un mot de Savero de travers et me voici qui me suis braquée, décidant que je ne le ferais pas pour lui et qui lui expliquant que le brossage de ses dents, c'est pour protéger (précisément) ses dents, qu'il n'avait qu'à se débrouiller seul s'il voulait.
Il a des carries, huit, et il sait que le brossage est fait pour les protéger.
Réaction intense de sa part.
Tentative de résolution de conflit échouée.
Positions verrouillées.

(Tout allait bien, quoi...)

J'ai fini par le prendre à bras le corps, acceptant ses ruades et ses hurlements.


Et puis.... Je vérifais que mes genoux ne le serrait pas trop fort, que mes mains le tenait juste assez quand j'ai remarqué cette sensation dans mon ventre.

Acide.
Âcre.
Brulant et bouillonnant.


Alors j'ai changé de biais, tentant un petit pas sur le côté.
De mon côté ce petit pas pour une fois.


Je me suis mise à raconter à mon fils combien la situation était dure pour moi, car à cinq ans, dans des circonstances pareilles, j'aurais été envoyée dans ma chambre avec pour ordre de revenir
calmée soumise.
A cinq ans j'aurais été seule dans ma chambre avec personne, et pas de bras dans lesquels pleurer, entourée d'amour et que du coup, je ne savais pas comment faire, que j'avais encore dans mon coeur toute cette souffrance de petite fille de cinq ans qui voudrais pleurer dans des bras et contre un coeur aimants.

J'ai été extrêment surprise d'entendre mon fils cesser de hurler pour se mettre à pleurer et me dire, entre deux sanglots:
"Oui, c'est ça que je voudrais moi aussi!"
"Pleurer dans des
bras et contre un coeur aimants?" je lui ai demandé.

Et comme ses pleures redoublait, il ne pouvait plus répondre.

Je me suis contentée de le prendre tout contre moi, blotti tendrement contre moi, et je lui ai proposer de pleurer toutes ses larmes avec les miennes.





A la suite de ça, je me suis sentie légère...
Je lui ai donc donné un coup de main pour ses dents et nous avons vite remis des drap à son lit.
Et je l'ai embrassé très fort avant d'aller m'occuper de sa soeur.



Encore maintenant j'éprouve un profond appaisement à la suite de ce câlin...



Il le sait, c'est certain, qu'il serrait fort une poupée gigogne...


Maman et fillette de cinq ans encastrées l'une dans l'autre....




Publié dans en chemin

Commenter cet article

Algrid 18/07/2008 17:19

Pareil : bluffée...Je travaille précisemment sur cela en ce moment alors... tu comprends...Agnès, c'est fou ou quoi toutes ces similitudes ?!

le soldat en chocolat 19/07/2008 17:32


Effectivement...
C'est impressionnant!
Vivement mardi qu'on en discute!


Lise 18/07/2008 00:06

Bluffée, une fois encore :-oIl me tarde presque de l'entendre parler dans quelques années da ssa réaction avec ses propres enfants, ce petit bonhomme...Des bises

le soldat en chocolat 19/07/2008 17:31


LA politique des petits pas sur le côté, ça marche!
;-)
Merci d'avoir attiré mon attention dessus!

Il me tarde... et il ne me tarde pas....!
(^_^)