en bref

Publié le par le soldat en chocolat




Voilà plusieurs semaines que mes mots ici se sont raréfiés. Je n'y ai pas prêté attention au départ mais j'ai fini par remarquer que je me connectais de plus en plus souvent sur le gestionnaire de ce blog pour finir par me déconnecter sans avoir fait quoi que ce soit.


Alors quoi?






Alors je ne sais pas.

Le calme avant la "tempète", peut-être...


Parce qu'il faut bien que je le dise: voici quelques semaines, et pour la première fois depuis des années (au moins!), que je ne rumine pas sur une nouvelle piste de réflexion n'explore pas de réflexion particulière.
Pas que je ne réfléchisse plus (si j'avais ce moteur en rade, je m'inquiéterais, je crois!).


Ces dernières années de cheminement m'ont amenée à intégrer mon coeur, mes émotion, mon vécu dans ma vie, ma conscience.


Ca a été un projet d'envergure.
Un chantier sur lequel je continue d'avancer, d'ailleurs.


Un autre, je crois démarre.
Et je crois percevoir qu'il passe par l'expérimentation, par le corporel.


Ca a lentement émergé l'année passée, quand j'ai commencé à prendre des cours de poterie.
Je me rappelle de ce que mes mains réclamaient, des rêves de tour, de ces sensation irréelles à force de vraissemblance au creux de mes paumes.
Mes mains demandaient exigeaient la parole.
Je la leur ai donnée.


Ca a continué au mois de mars, lorsque j'ai commencé à aller nager régulièrement (régularité singulièrement mise à l'épreuve par l'été...), puis au mois de juin lorsque le végétarisme c'est imposé à moi (accompagné de cette surprise: je ne cours plus après l' "épicé" depuis... l' "aromatique", le "savoureux", oui par contre, encore, évidemment!)




Et puis.... et puis milles autres détails si important que je ne sais plus lequel est l'arbre et lequel est la forêt!

Les cycles que ce blog et l'écriture, le partage, par exemple, ont accompagnés et qui sont achevés: vers ma fille (et donc vers la fillette que j'ai été et que je suis, vers ma soeur, aussi), vers mon fils (et donc vers la fillette que j'ai été (je me répète, peut-être, là?) enfermée à l'intérieur d'elle-même; de moi-même...), dans mon chemin pour parler de ce secret qui n'en est plus un depuis que j'ai pu ouvrir mon coeur et parler de mes peurs (quel doux euphémisme...) à mon mari, et parler aussi à mes enfants de la bouffée délirante aigüe que leur grand-mère maternelle a traversée et de ce que cela implique pour moi.


Et puis ce blog m'a aussi permi d'apprendre à créer des liens (c'est un comble pour un blog qui n'a jamais eu de blog-roll!), à prendre confiance petit à petit dans mes capacités à déclencher l'amitié, l'accueil, la bienveillance.
C'est ici en miniature que j'ai tatonné pour chercher un peu comment on fait pour avoir des amis... (toutes et chacunes, merci...).
[J'ai été (à ce propos, ébranlée à un point inimaginable par une question posée aux "p'tits bateaux":
comment se faire des amis? (en gros: en y allant, en essayant, en osant...)]
Et maintenant... Des liens à nourir, j'en ai plein que je n'arrive même pas à entretenir comme je le voudrais...


Et encore tant de choses....




En bref, des mots, j'en ai pleins, des idées aussi, mais ils n'atterrissent plus sur "papier"... du moins, pour le moment....






Publié dans histoire de le dire...

Commenter cet article

lilou 26/11/2008 20:20

Vos mots qui me touchaient tant me manquent! :) 

Algrid 04/11/2008 16:23

Ben en fait je comprends que tu n'aies pas envie d'écrire, mais j'aimerais avoir de tes nouvelles, moi !...

TatiJu 27/08/2008 11:36

Agréable ces périodes de sérénité s'pas?

le soldat en chocolat 27/08/2008 17:49


(^_^)
Oui...
Quoiqu'un brin désorientant pour moi...

Je me sens presque désoeuvrée... sans une pile de livre "à lire", avec du temps pour choisir un bon polar ou décider de faire une course de kart sur console avec Hervé...
Je me sens un peu "les bras ballant"...

Et puis... le dernier gros chantier que je démarre, n'est pas "mien" il est "notre", à Hervé et moi, et donc je ne peux le faire progresser seule... Ca suppose de la coordinnation, de l'écoute
mutuelle, du respect des rythme d'intégration de chacun... Et ça implique un certain nombre de difficultés (voir un nombre de difficultés certain), des grincements, des crissements... en espérant
que ça nous aide...


Bises TatiJu...